Harvard Business Review x Stim : Face à la menace climatique, comment dépasser le « mur invisible » de la R&D ?

Améliorer l’existant est insuffisant pour atteindre des objectifs satisfaisants en matière environnementale. Il faut, pour y arriver, être prêt à revoir en profondeur la façon de concevoir certains produits.

 

En 2020, 43 % des entreprises du CAC 40 ont formulé des engagements pour contribuer à la neutralité carbone. Elles ne sont cependant que 11 (soit un peu plus de 25 %) à avoir précisé la date de la réalisation de leur engagement. Cet écart interroge : les entreprises sont-elles vraiment en mesure de remplir ces objectifs ?

 

Il n’y a pourtant pas d’alternative possible : si l’on veut rester en dessous de la barre des +1,5°C en 2100 (par rapport au niveau préindustriel), la neutralité carbone globale doit être atteinte à l’horizon 2050. Ce constat est démontré scientifiquement et difficilement contestable. Cet objectif de neutralité carbone a d’ailleurs été entériné par l’article 4 des Accords de Paris et a été décliné secteur par secteur, en France, dans la Stratégie Nationale Bas-Carbone (SNBC). Les objectifs de réduction d’émissions de gaz à effet de serre de la SNBC sont représentés ci-dessous pour les secteurs français de l’énergie, de l’industrie ou des transports.

 

***

Retrouvez la tribune complète ICI.

 

( Cette chronique a été initialement publiée sur le site de Harvard Business Review France. )

Cet article a été écrit par :

1. Frédéric Arnoux – Cofondateur de Stim en 2014, une spin-off des Mines ParisTech, qui accompagne les grands groupes sur leur gouvernance et leur stratégie pour l’innovation. Il est docteur en sciences de gestion de l’école des Mines ParisTech et auteur de plusieurs ouvrages et articles scientifiques sur l’innovation de rupture. Suivez-le sur Twitter : @Frederic_Arnoux.

2. Auriane Clostre – Consultante chez Stim, une spin-off des Mines ParisTech, qui accompagne les grands groupes en termes de gouvernance et de stratégie d’innovation. Elle anime au sein de Stim le groupe de travail sur la transition environnementale. Elle est diplômée de l’Ecole Centrale Paris et de Polytechnique Milan.

3. Colette Ménard – Chief innovation officer chez Stim, une spin-off des Mines ParisTech qui accompagne les grands groupes en termes de gouvernance et de stratégie d’innovation. Elle développe de nouveaux outils et méthodologies pour garantir aux entreprises de prendre les meilleures décisions en contexte de disruption. Elle est diplômée de Centrale Lyon et d’un MsC Global Enterprise and Entrepreneurship à l’University of Southampton.

 

 

Vous souhaitez recevoir chaque mois un aperçu de ce qui se fait de neuf en innovation ?

Abonnez-vous

Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à le partager !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nullam consectetur venenatis risus. eget eleifend diam Sed venenatis,